Site Opale Sud

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Airon-Notre-Dame Airon-St-Vaast Berck-sur-Mer Colline-Beaumont Conchil-le-Temple Groffliers Rang-du-Fliers Tigny-Noyelle Verton Waben
                                                

Vous êtes dans : Accueil Les 10 communes Groffliers Histoire

Histoire

GROFFLIERS

carte postale du 29
carte postale du 299

Etymologie

Ce nom, d'après Courtois, vient de fossé qui mène à la mer les eaux découlant de la plaine, qui en même temps, protège le village contre le flots de la marée. Cette espèce de digue se dit GRAVE en Flamand, d'où le français GRAVEAUX. La terminaison est le flamand VLIET, couler, qui a fourni les FLIERS, FLERS. Un des lieux dit du village s'appelle les GRAVEAUX. A défaut du radical Flamand, on pourrait supposer à moins d'évidence, le Kimry GROU, bas breton GRAW, signifiant sables.

D'après le dictionnaire historique et archéologique du Pas-de-Calais - de Calonne 1875 - La paroisse de Groffliers est citée dans le Pouillé d'Amiens en l'an 1301 (orthographié GROFFLIES) "le Pouillé" étant l'inventaire des biens ecclésiastiques aux époques féodale et monarchique.

Evolution du nom

En 1311 GROFFLIE, Aveu de Maintenay (aveu, c'est à dire acte de reconnaissance d'un seigneur envers un Vassal)

En 1495, GROFFLERS, Terrier de la commanderie de Loison (Terrier étant l'inventaire des biens et propriétés laïques, par opposition au Poullé)

En 1510, GROFFLIERS lez WABEN, Aveu de Merlimont

En 1608, GROFFLERS, Quadum loc. cit.

En 1617, GROFFELIERS, Titres de Verton

En 1634, GROFLIE, Th. Géographique

En 1638, GROSFLIER, Tassin loc. cit.

En 1650, GROFFLIE, Jansson loc; cit.

En 1780, GROFFLIERS, Pouillé Diocèse d'Amiens.

L'on note que le village de GROFFLIERS, situé à l'embouchure de l'Authie dépendait de la banlieue de WABEN. Les habitants jouissaient des mêmes prérogatives que les bourgeois de Waben et notamment du pâturage dans les dunes et dans les marais. Ils payaient comme eux le droit d'avenage (impôt féodal payé en avoine) que le comte de Ponthieu s'était réservé en 1199.

Lorsque la commune de WABEN abandonna ses privilèges à M.Joseph de Roussé (1783) elle vendie la seignerie de Groffliers à M. Louis Dominique de Forceville, chevalier, baron et vicomte de Merlimont. Le 2 septembre 1788, M. Louis Robert - Cesar de Forceville, chevalier, vicomte de Groffliers l'aliéna, moyennant 4000 livres, au profit de M. Jean - Marie - Hubert, comte de la Fontaine Solare.


Crédits Mentions légales Webmestre Citeo / eZ Publish © Inovagora
3538.06